Cette acronyme signifie : Autorité de régulation des jeux en lignes.

Son but

L’ARJEL assure 3 principales missions :

  • Délivrance des licences aux opérateurs. Elle instruit les demandes d’agréments suivant le cahier des charges rédigé par l’organisme.
  • Surveillance des opérations de jeux et de paris. Elle assure la prévention des addictions liées aux jeux d’argent auprès des opérateurs et des joueurs.
  • Lutte contre les sites illégaux et la fraude.

Véritable police des jeux et paris d’argent en ligne, l’ARJEL est une autorité administrative indépendante créée par la loi du 12 mai 2010 autorisant l’ouverture à la concurrence des jeux d’argent et paris en ligne. En tant qu’organisme administratif, elle agit au nom de l’Etat tout en gardant, officiellement, une certaine indépendance vis-à-vis du gouvernement.

La liste des 19 sites Arjel est la suivante: Betclic, La Française des jeux, le PMU ainsi que BES SAS, FrancePari, Illiad Gaming, SAjOO, SPS Betting France et Beturf (LeTurf), BES SAS, Everest Gaming Limited, le PMU, Sajoo, SPS Betting France et Table 14.

Puis, le 25 juin 2010, 6 nouvelles licences furent délivrées à 5 opérateurs. LIL Managers limited et Electraworks SAS pour les paris sportifs et Reel Malta Limited, Iliad Gaming SAS, Partouche Gaming France et Electraworks SAS3 pour le poker. Bien sûr, d’autres suivront par la suite.

La loi sur l’ouverture du marché a renforcé les peines pour les opérateurs illégaux. Ils encourent désormais 7 ans de réclusion et 200 000 euros d’amende. Une amende de 100 000 est prévue pour toute publicité illégale.

Son pouvoir

L’ARJEL, a bien sûr un pouvoir de sanction. Les opérateurs illégaux encourent jusqu’à 7 ans de prison et 200 000 euros d’amende.
En permanence, l’ARJEL, qui as accès à toutes les informations techniques et financières, pourra procéder à des vérifications si un doute subsiste quant au respect du cahier des charges.

Le trop fort pouvoir de l’ARJEL est contesté aujourd’hui par certains.